Squat avec haltères

Dans une précédente contribution, nous avons présenté la variante classique de l’exercice du squat. Néanmoins, il en existe d’autres, à l’instar du squat avec haltères. En effet, cette technique est considérée par les professionnels de la musculation comme étant la plus sûre et la plus complète en vue de développer la finition des muscles des fessiers et des cuisses. Cet article se veut donc une présentation détaillée des particularités de cette variante. Ainsi, s’appuyant sur les avis et conseils de notre équipe d’experts, cet exposé concerne les différents muscles sollicités par cet exercice, et ce, à travers l’exécution la plus appropriée et la moins risquée pour le pratiquant. Considéré comme un mouvement plus naturel, l’exercice du squat avec haltères travaille essentiellement les quadriceps pour gagner en masse. Néanmoins, d’autres parties musculaires du bas du corps peuvent également sollicitées à travers la pratique de cet exercice. Ainsi, il se trouve que le travail musculaire concerne de manière secondaire le développement des ischios-jambiers, des fessiers et des adducteurs. La différence entre notre exercice et le squat classique se situe dans le fait que pour le premier, le travail est réalisé par l’intermédiaire des haltères au lieu de la barre. Le reste est donc identique. A cet effet, avant l’entame de son entraînement, le pratiquant doit d’abord s’assurer de justesse de sa position. Dans sa version la plus correcte et la moins contraignante pour certaines parties du corps, cette dernière consiste, selon notre équipe d’experts, à se tenir debout, les jambes écartées à la largeur des épaules, en gardant le dos et le buste bien droits et les abdos et les cuisses fermes pour soutenir les lombaires. Avec une prise neutre (les paumes des mains vers le corps), les haltères doivent quant à eux être tenus aux deux côtés, en ayant les bras tendus vers le bas. Après s’être assuré de la stabilité de la position, le pratiquant pourrait alors entamer l’exécution de son exercice. Le mouvement consiste donc à effectuer une flexion des genoux jusqu’à avoir l’arrière des cuisses parallèle au sol. Une fois dans cette posture, il est suggéré d’y rester au moins pour quelques secondes pour sentir l’effort du travail. Pour revenir à la position initiale, il faut se relever sans faire de rebonds et sans verrouiller l’articulation des genoux en position haute. Notons que la clé de la réussite de l’exécution tient à la maîtrise technique du mouvement et à la stabilité du corps. Pour ce qui est de la respiration, il faut inspirer en descendant, bloquer son souffle en position basse et expirer en remontant. Concernant l’intensité du travail, il est conseillé d’en réaliser 3 séries de 15 à 20 répétitions. Pour une meilleure conception de la technique d’exécution, nous proposons de suivre la démonstration sur la vidéo suivante : Même si cet exercice semble être la variante la plus naturelle et la plus simple du squat, il reste un mouvement complexe, exigeant une bonne maîtrise de la technique d’exécution. Les conseils de nos professionnels vont alors dans le sens d’essayer de se tenir dans la position indiquée jusqu’à la fin de la série. Pour éviter de se blesser, il est important de ne pas trop descendre pour ne pas contraindre l’articulation des genoux et de réaliser son exercice à un rythme modéré.