Le biceps brachial : anatomie et fonctionnement

  • Curl Barre
    • Curl Concentration
    • Curl Haltère
    • Curl Pupitre
    • Traction Barre fixe Bras
    • De nos jours, beaucoup de gens, des jeunes en particulier, font recours à la musculation pour améliorer leur état physique et espérer à une esthétique ou puissances participant à mettre l’équilibre dans leurs vies. Toutefois, il y en qui, parmi eux, se mettent en danger en raison d’une méconnaissance des détails du muscle qu’il souhaite développer. Cet article a pour objet d’aborder un muscle du bras, en l’occurrence le biceps brachial, son anatomie, son fonctionnement et la musculation qui lui est appropriée. En effet, il s’agit d’un muscle qui forme une sorte de bosse sous la peau de la face antérieure au moment où l’avant- bras se replie sur le bras. Sa fonction consiste, entre autres, à permettre la flexion et la rotation de l’avant-bras.
      Le biceps brachial constitue avec le triceps, les deux parties musculaires du bras, organisées autour de l’humérus. Ce dernier est un os entre l’épaule et le coude sur lequel se base le bras. Ce long os s’articule donc au niveau de ces deux parties pour permettre des mouvements du bras et de l’avant-bras.

      En fait, différents types d’exercices permettent avec différents matériels de muscler le biceps brachial. Nous en citons : le Curl haltère, le curl pupitre, le curl concentration et le curl barre. Ce dernier est considéré par les professionnels de la musculation comme l’exercice de base pour développer ses biceps. Si le geste de soulever et baisse la barre est plus ou moins connu, il n’en est pas de même pour ce qui est de la position, qui doit répondre aux normes d’usage. Cet exercice doit s’exécuter debout, le dos stable et vertical, les genoux inclinés ; et puis faire son geste d’une façon assez modérée. Nous soulignons ce fait car, en dehors de cette position, le biceps peut ne pas être sollicité par l’exercice. Et plus grave encore, en sachant que la face postérieure de l’humérus est franchie par une sorte de canal dans lequel passe le nerf radial, celui-ci peut être facilement endommagé dans le cas de certaines fractures. En somme, la non-réussite de l’exercice entraîne systématiquement l’échec de l’objectif attendu. Pour ce qui est de l’écart des mains, il peut être varié entre des prises : large, moyenne et pressée, suivant l’objectif ou le résultat souhaité. En effet, si l’on veut reposer le travail sur un long fragment du biceps brachial, il faudrait emprunter une prise pressée, et ce, dans le but de développer son biceps et lui donner davantage de volume. Cependant, si l’on veut appuyer l’exercice sur la courte portion, il faudrait, dans ce cas-là, prendre une prise large. Cela permettra le raffinement du biceps brachial esthétiquement. Enfin, et comme dans tout exercice physique, la respiration n’est pas à négliger, notamment pour le bon fonctionnement du muscle. En fait, l’oxygène permet au muscle d’augmenter ses performances. Il faut alors inspirer avec le mouvement du bras et souffler lors de sa flexion. Cet exercice-là permet de tonifier son bras et par conséquent aboutir aux résultats physiques voulus.