Extensions au dessus de la tete

Avant tout, il convient de souligner que le plus important dans la musculation du corps humain est la manière d’exécuter un exercice. Dans ce sens, ceux qui concernent le développement des muscles triceps nécessitent la plus grande maîtrise technique qui soit pour que le travail puisse s’avérer efficace. C’est pourquoi nous proposons une série d’articles consacrée à la présentation des différents exercices musculaires travaillant le triceps brachial. Dans ce qui suit, il est question d’exposer l’exercice des extensions au-dessus de la tête, les muscles qu’il développe et les différents conseils pratiques des professionnels de la musculation. Les extensions au-dessus de la tête à la poulie sont un exercice de musculation qui travaille l’ensemble des muscles situés au niveau du triceps, et ce, en vue de permettre leur isolation. Ainsi, les faisceaux interne et externe, en plus de la longue portion sont les plus sollicités à travers la pratique de cet exercice. Comme son nom l’indique, l’exercice des extensions au-dessus de la tête se réalise sur une machine-à-poulie, mais contrairement à la configuration standard de cette dernière, il s’agit d’une poulie basse à la corde. Comme nous l’avons déjà vu dans des articles précédents, les exercices qui s’exécutent sur ce genre de machine exigent une maîtrise technique du geste qui passe, d’abord, par une mise idéale en position du pratiquant. Ce dernier doit donc être debout, dos à la poulie à environ 1m50 de distance. Pour se mettre dans une position qui permettrait une exécution efficace de l’exercice, il doit se saisir de la corde de la poulie basse avec une prise en pronation, en ayant les genoux légèrement fléchis et les pieds écartés à la largeur des épaules. Il reste alors qu’il faut garder le buste bien fixe et le dos droit. Après s’être assuré de la justesse de la position de son corps, il ne reste au pratiquant qu’à lever les mains prenant la corde au bout de la poulie au- dessus de la tête, et ce, jusqu’à avoir les coudes au niveau des oreilles et leurs pointes vers l’avant. Telle est donc la position de départ du pratiquant pour qu’il puisse entamer l’exécution de son mouvement. En effet, cette dernière consiste à tirer lentement la poulie vers le haut jusqu’à tendre complètement les bras en gardant les poignets fermes durant toute la réalisation de l’exercice. Une fois la poulie arrivée en position haute, le revers du mouvement peut être réaliser en revenant lentement vers la posture initiale, c’est-à-dire fléchir les avant-bras vers l’arrière. A ce moment précis, il préférable de maintenir la contraction des triceps pour quelques secondes afin de ressentir le travail musculaire, avant de répéter le mouvement. Pour ce qui est de la respiration, il faut inspirer en descendant, bloquer son souffle au moment de la contraction des muscles et expirer lentement lors de l’extension. Une intensité des répétitions qui varie entre 3 à 4 séries de 12 à 15 répétitions serait idéale pour que le travail soit complet et efficace. Pour une meilleure conception de la technique d’exécution, nous proposons de suivre la vidéo illustrative de l’exercice. Des mesures techniques de réalisation sont à prendre en compte pour que l’exécution ne puisse pas s’avérer risquée et apporter les résultats espérés. Ainsi, durant toute la durée de l’entraînement, le travail doit être centré sur les avant-bras, en ne faisant intervenir ni les épaules ni les coudes pour s’aider. Il y a également le fait de ne pas trop fléchir les coudes pour éviter de se blesser. Enfin, notons qu’il s’agit ici d’une technique qui est considérée comme une variante de l’extension verticale avec haltère.