Developpé incliné bas

Dans tous les exercices de musculation, un changement de position entraîne un passage du travail d’un muscle à un autre ou d’une partie à une autre. Etant donné que la posture du corps demeure plus qu’importante lors de la réalisation d’une technique musculaire, le pratiquant doit être au courant de certaines modifications d’exercices déjà connus. Autrement dit, on peut connaître un exercice sans que cela soit le cas pour ses variantes. Ainsi, dans le souci de prétendre à une musculation efficace, nous proposons dans cet article un type d’exercice qui a cette caractéristique d’être l’autre face d’une autre technique. Il s’agit du développé incliné bas (appelé également le développé décliné), qui est l’opposé du développé incliné que nous avons déjà vue dans un précédent article. Nous allons donc voir les caractéristiques de cet exercice sur les plans des muscles sollicités, de la position idéale permettant sa réalisation et des risques que pourrait engendrer une mauvaise pratique de la technique. De prime abord, un précis terminologique doit être mis au clair en ce qui concerne cet exercice. En effet, le développé décliné est dit de « développé incliné bas » dans la mesure où il permet de centrer le travail sur le bas des pectoraux, et ce, contrairement au développé incliné qui sollicite essentiellement le haut de cette partie musculaire. Toutefois, comme c’est le cas de la majorité des exercices musculaires, il touche également à d’autres muscles, notamment les épaules, le grand dorsal et les biceps, mais juste d’une façon partielle. Il est considéré par les professionnels comme étant un exercice de base pour un développement cohérent des pectoraux, qui nécessité comme matériel la présence d’un banc qui ne devrait pas être totalement décliné et d’une barre de musculation. Mais attention ! cette dernière ne doit pas être trop chargée pour les débutants. Il ne reste donc au pratiquant qu’à se mettre dans la position adéquate pour entamer l’exécution de l’exercice. En effet, il faudrait bien s’allonger sur le banc, le dos légèrement cambré en callant les pieds au sol. A ce moment précis, l’exécutant fait descendre la barre jusqu’au niveau du bas des pectoraux, avec une prise de mains un peu plus espacée que la largeur des épaules et la remonter à sa position initiale tout en gardant la respiration appropriée. Autrement dit, le pratiquant doit inspirer avec le mouvement vers le bas et expirer pour avoir la force lors de la remontée de la barre. Voici une illustration de l’exercice sur :

Il est à noter que la charge et l’intensité des répétitions varient selon la catégorie du pratiquant.

Ainsi, pour un débutant, il est préférable, selon l’avis des experts du domaine, de commencer par des poids légers, en réalisant une moyenne de trois (03) séries de dix (10) à douze (12) répétitions. Pou ce qui est d’un pratiquant avancé, la charge peut être augmentée au fil du temps avec une moyenne de quatre (04) à cinq (05) séries de douze répétitions. Enfin, afin que l’exercice n’ait aucune conséquence négative, il est conseillé d’être accompagné par une autre personne pour qu’au moment de la fatigue, la barre ne bloquerait pas le pratiquant.