Curl Pupitre

Dans la lignée des articles présentant les différents exercices musculaires développant les biceps, notre intérêt est porté dans le suivant sur l’un des plus efficaces et les plus variables concernant cette partie musculaire du haut du corps humain. Il s’agit du « Curl pupitre » qui est un exercice avancé pour le biceps brachial et qui peut être réalisé de trois manières différentes. Nous allons voir en quoi consiste l’exécution de sa technique dans la variante la plus populaire et la moins dangereuse, quels muscles développe-t-elle, et ce, en nous appuyant sur les conseils pratiques et les expériences de notre équipe d’experts en musculation. Le « Curl pupitre » est un exercice musculaire qui permet de travailler principalement les muscles des biceps, en l’occurrence le biceps brachial, le brachial antérieur, le long supinateur et la longue et courte portions. D’une manière plus légère et secondaire, il peut également solliciter les muscles des avant-bras. Brièvement, il existe donc trois façons ou trois variantes pour réaliser ce même exercice et en obtenir le développement des mêmes parties musculaires. La première se fait avec un haltère en ayant un bras en appui à un banc incliné ; la deuxième sur une machine-à-poulie et la troisième avec une barre coudée ‘EZ’. Cette dernière qui concerne l’objet de notre présentation demeure la technique la plus populaire et la plus efficace pour réaliser l’exercice du « Curl pupitre ». Avant cela, du matériel doit être présent, et qui se résume à une barre ‘EZ’ et le pupitre Larry Scott, devant lequel le pratiquant doit s’asseoir en collant le buste sur le dossier. Ceci donnerait une inclinaison à 45° de ce dernier. Pour réussir sa position, il faut tenir à maintenir son dos bien droit et à bien poser les pieds au sol, en ayant les genoux fléchis. Il ne reste à ce moment qu’à prendre la barre avec les mains en supination, écartées à la largeur des épaules. Les bras sont en appui sur le pupitre Larry Scott, mais pas complètement tendus. Après s’être mis dans cette position qui est, selon nos experts, considérée comme étant idéale, le pratiquant peut commencer l’exécution de son mouvement musculaire. En effet, ce dernier consiste à fléchir lentement les coudes pour amener la barre jusqu’au niveau des épaules, s’y maintenir pour une contraction des biceps pour quelques secondes et redescendre vers la position initiale, d’un geste également mesuré. A part les coudes qui sont dans le cas de cette technique considérés comme l’axe du travail, aucune autre partie ne doit intervenir pour aider dans le mouvement. Inévitablement, la respiration doit être en harmonie avec les deux mouvements qui constituent l’exercice. Il faut alors inspirer avec le mouvement vers le bas et expirer lors de la flexion, en essayant de maintenir son souffle en position haute, lors de la contraction des biceps. Pour ce qui est de l’intensité du travail, il est conseillé d’en faire 3 séries de 12 répétitions, en marquant une pause d’environ 1min30 après chaque série. Pour une meilleure conception de la technique, nous proposons de suivre la vidéo suivante : Le seul cas où le pratiquant peut se blesser est quand il tend complètement ses bras lors de la position basse de la barre. L’étirement du biceps à ce moment-là est grand, ce qui l’affaiblit et le rend fragile. La réussite de l’exercice est quant à elle tributaire d’une exécution correcte de l’exercice. Cette dernière consiste à travailler uniquement avec les bras et les coudes, en évitant les erreurs de s’aider du buste en levant les fesses du banc du pupitre.